Archives par mot-clé : colloque

Colloque “Ecrire EN film les sciences humaines et sociales”, Toulouse, 19-21 nov 2024

Le colloque “Ecrire EN film les sciences humaines et sociales” organisé par le laboratoire LISST à l’Université Toulouse – Jean Jaurès – CIAM (Centre d’Initiatives Artistiques du Mirail) se déroulera à Toulouse du 19 au 21 novembre 2024.

L’appel à projections/communications est encore ouvert (jusqu’au 17 mai) et consultable sur le site du colloque : https://www.univ-tlse2.fr/accueil/recherche/colloques/ecrire-en-film-les-sciences-humaines-et-sociales#appel

Les films soumis doivent s’inscrire (si possible) dans une durée se situant entre 25 minutes et 60 minutes. Nous pourrons toutefois faire preuve d’un peu de souplesse sur ce critère qui pourrait être bloquant, et accepter des réalisations un peu plus courtes ou un peu plus longues (dans la limite du raisonnable).

Colloque International “IN SENSÉ: Subvertir les narrations à travers l’art et l’anthropologie” – 11 Avril 2024 à Marseille

La chaire d’excellence A*Midex ANFAA “Alternative Narrative Forms in Audiovisual Anthropology” organise le Colloque International “IN SENSÉ: Subvertir les narrations à travers l’art et l’anthropologie,  le 11 Avril 2024 à Marseille.

Elle accueille Christopher Wright, Professeur en Anthropologie Visuelle de l’Université de Goldsmiths, et auteur de nombreux ouvrages de références sur l’ethnographie sensorielle et les relations art-anthropologie. 

Ce colloque proposera des présentations de chercheurs-clé dans le monde de l’anthropologie visuelle, d’une table ronde, d’une projection-débat, et aussi d’ateliers créatifs et pratiques ouverts au public.

Voici le programme détaillé:

insense´_prog

Attention, vu le nombre de places très limité, l’inscription à la projection est obligatoire: tatiana.medvedeva@univ-amu.fr

Chaire d’excellence A*Midex ANFAA – AMU – IDEAS 

Chaire d’excellence A*Midex ANFAA – “Alternative Narrative Forms in Audiovisual Anthropology” est un projet de recherche à la fois anthropologique et cinématographique sur les formes non-occidentales de narration et sur les nouvelles écritures ethnographiques.

“La performance comme méthode – Quand les arts vivants rencontrent les sciences sociales” – Cerisy, 21-27 septembre 2024

“La performance comme méthode – Quand les arts vivants rencontrent les sciences sociales”
au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle du 21 au 27 septembre 2024
organisé par Marion Boudier, Yann Calbérac, Chloé Déchery et Michel Lussault
 
Ce colloque vise à transformer les espaces du château de Cerisy en laboratoires d’expérimentation (ateliers de fabrique ; retours d’expériences ; échanges de pratiques), pour non seulement performer de nouvelles formes de collaborations scientifiques, mais surtout interroger la performance comme paradigme méthodologique et comme modalité d’élaboration des savoirs entre arts vivants et sciences sociales.
 
Mots clés : arts vivants ; sciences sociales ; théâtre ; performance ; expérience ; essai ; matériaux ; protocole ; méthode ; terrain ; enquête ; hybridité ; recherche-création.
 
Invité·es (en cours) : Frédérique Aït-Touati, Emma Bigé, Ondine Cloez, Rémy Héritier, Barbara Métais-Chastanier, Guillaume Mazeau, Nicolas Nova, Guillermo Pisani, Camille de Tolédo, Carolina E Santo…
 

Colloque « Expérience sensible & sciences humaines et sociales »

Le programme du colloque IMU, organisé par le studio Expériences sensibles & Recherches urbaines est désormais en ligne.
Ce colloque, intitulé « Expérience sensible & sciences humaines et sociales : comprendre, transmettre, créer », se déroulera les 13 et 14 mars 2024, au Rize (Villeurbanne).
https://imu.universite-lyon.fr/studios/experiences-sensibles/colloque-comprendre-transmettre-creer--312716.kjsp?RH=LABEX_IMU

"Cet événement proposera d’interroger la nature de l’expérience sensible, la manière dont elle peut être mobilisée au sein de la recherche en sciences humaines et sociales, et la façon dont les arts sont à même de la restituer afin de provoquer une réflexion sur le monde. 
« L’expérience sensible » échappe à une définition facile, puisqu’elle ne se résume nullement à l’addition des impressions que procurent la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou encore le toucher : elle s’impose pour ainsi dire au sujet percevant avant toute forme d’analyse de la situation… et résiste ensuite à tout effort de transcription verbale. Récusant une approche dualiste, l’expérience sensible est vécue sur le mode d’un échange entre monde extérieur et monde intérieur ‒ entre lesquels une porosité s’instaure au point qu’une frontière peut malaisément être établie. L’histoire et la culture de chacun viennent également infléchir la nature de son approche sensible des situations. Ce qui relève de l’émotion et des sensations ne saurait par ailleurs être disjoint de ce qui touche à l’intellect : la dimension cognitive de l’expérience sensible a été longtemps sous-estimée, alors que cette dernière travaille en profondeur la compréhension du monde de chacun.
 
Depuis le début des années 2000, les questions relatives à l’expérience sensible occupent une place croissante au sein des recherches en sciences humaines et sociales, notamment dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage. Cette préoccupation se développe parallèlement à la prise de conscience d’une crise tout à la fois sociétale, environnementale et politique qui pousse à un renouvellement des modes antérieurs d’investigation. Si la part de l’expérience sensible a été longtemps sous-évaluée, force est de constater qu’elle n’est nullement l’apanage des humains, mais concerne tous les vivants.
 
Penser en sciences humaines et sociales à partir de l’expérience sensible suppose le développement d’une interdisciplinarité radicale entre sciences de la vie et de la terre, sciences humaines et sociales et pratiques artistiques. Nombreux sont aujourd’hui les chercheurs qui œuvrent en ce sens, qu’ils étudient ces questions de manière théorique, qu’ils travaillent à un renouvellement méthodologique de leur discipline ou qu’ils s’inscrivent dans des démarches de création, en exploitant une diversité de médiums.
 
Ce colloque pluridisciplinaire ambitionne de questionner la place réservée à l’expérience sensible au sein des sciences humaines et sociales, les procédures employées par les chercheurs de ces disciplines pour la restituer ou pour l’analyser, ainsi que l’apport à la recherche qui peut être celui des artistes."

Colloque Culture en régime numérique, Paris, 6-7-8 dec.

Le ministère de la Culture français et son département de recherche (le Département des études, de la prospective et des statistiques,) en collaboration avec l’Université Sorbonne Paris-Nord (Laboratoire EXPERICE) organisent conjointement un colloque international sur le thème « Culture en régime numérique. Questionner les pratiques, catégories et méthodes », qui se tiendra les 6, 7 et 8 décembre 2023 à Paris sur le Campus Condorcet (Aubervilliers) et au Centre Georges Pompidou.

 Le programme complet est disponible à l’adresse ici.

 Pour suivre les sessions, il est nécessaire de vous inscrire en remplissant le formulaire en ligne que vous trouverez dans l’onglet inscription du site dédié. 

 

La journée professionnelle peut notamment intéresser certains d’entre vous :

 

Vendredi 8 décembre – Centre Georges Pompidou

 

Journée professionnelle

 

Lors de cette journée professionnelle, trois tables rondes croisant recherche, création artistique, médiation et communication culturelle aborderont trois dispositifs numériques plébiscités autant par les amateurs que par les institutions culturelles : vidéo, podcasts, environnements immersifs.

 

Entre production indépendante et institutionnelle, ils suscitent de nouveaux usages, de nouvelles modalités de prescription et sont en passe de s’imposer dans la médiation culturelle. Font-ils apparaitre d’autres locuteurs et quels récits produisent-ils ? Renouvellent-ils vraiment la perception de l’art ? Comment les institutions se saisissent de ces outils ? De l’audience à la visite, suscitent-il plus d’engagement ? Constituent-ils de nouveaux moyens d’accès à l’art pour des publics non familiers des institutions culturelles ?

 

La vidéo amateur, un outil de démocratisation culturelle ?

 

La profusion des tutoriels et vidéos en ligne sur de multiples sujets a transformé les manières d’apprendre.  Le projet de recherche « Apprendre par la bande » mené par Dominique Pasquier (CNRS, CERLIS) et un collectif de chercheurs, propose de mesurer et d’analyser les usages privés des vidéos amateurs sur Internet ayant pour vocation de diffuser des savoirs ou de montrer un savoir-faire. Ce sujet de recherche est ici étendu à la médiation culturelle. Les contenus vidéo sur l’art, produits hors des institutions culturelles, permettent-ils de s’adresser à des publics non familiers des institutions culturelles ? Leur succès dépend-il d’une conformité aux codes des réseaux sociaux, de financements institutionnels, ou d’une production et diffusion par un grand média ? Sont-ils désormais intégrés aux stratégies de communication et de médiation des musées ? Quel est leur impact sur les audiences ?

 

Les podcasts, voix et voies vers l’art ?

 

Grace à son apparente facilité de création et d’écoute, le podcast est devenu un média largement répandu. Le monde de l’art y est exploré aussi bien par des amateurs que par des médias et des institutions culturelles à travers des sujets de société. La découvrabilité et l’accessibilité de ces productions dépend toutefois de multiples facteurs liés aux modalités de diffusion et à la compétence des usagers. De fait, les podcasts permettent-ils de rencontrer de nouveaux publics, ou bien s’adressent-ils à une audience avertie ? En tant qu’outils de médiation, quelle expérience de l’œuvre offrent-ils ? Font-ils émerger de nouvelles voix ?

 

Dispositifs immersifs, de la quête d’innovation à l’engagement des publics

 

Les dispositifs immersifs ont le vent en poupe dans les institutions muséales et auprès du public. Spectaculaires, interactifs, ludiques, ils promettent une nouvelle expérience culturelle. De l’immersion collective aux expériences individuelles dans des espaces scénarisés, virtuels ou physiques, comment se construisent les champs d’action artistique et pédagogique de ces dispositifs ? Quels formats sont aujourd’hui les plus pertinents ?  Que démontrent les premières études des publics liées à ces dispositifs ?