Manifeste

Le Manifeste du Réseau Interdisciplinaire des Méthodes Visuelles propose de définir un cadre autour duquel une communauté peut se réunir et s’organiser :

  1. Constituer une communauté de pratiques transdisciplinaire, ouverte à tous les acteurs de la recherche, dans le domaine des méthodes visuelles.
  2. Rassembler des individus et des équipes de différents horizons autour des questions méthodologiques liées à l’usage de l’image (et du son) dans le travail de recherche. 
  3. Faire progresser les méthodes visuelles sur le plan théorique et pratique et ouvrir de nouvelles perspectives de recherche et d’argumentation scientifique intégrant la culture numérique.
  4. Renforcer la reconnaissance des méthodes visuelles dans chaque discipline, notamment pour une meilleure prise en compte de ces pratiques dans l’évaluation des chercheurs, des laboratoires et des MSH.
  5. Développer l’enseignement des méthodes visuelles auprès des chercheurs et au sein de tous les cursus universitaires au même titre que les techniques d’enquête habituellement intégrées aux formations.
  6. Partager les savoir-faire et diffuser les productions issues des méthodes visuelles dans le respect de leur diversité.
  7. Favoriser l’émergence de projets de recherche transdisciplinaires et de collaborations diverses, le réseau ayant pour vocation à être une communauté ouverte, accueillante et solidaire.

La recherche par l’image

La puissance de monstration de l’image s’est imposée comme force de communication majeure dans nos sociétés. Aussi, nous affirmons l’intérêt du savoir visuel en tant que langage au même titre que les textes ou les chiffres. Il ne s’agit pas simplement de traduire l’image mais de l’investir pleinement dans le processus de la recherche.

Aucune forme visuelle ne peut être exclue : tracés, dessins, diagrammes, photographies, journal vidéo, cartes, modelages, collages… De même, les pratiques peuvent être très diverses : élicitation, participation, collaboration, art thérapie, réseaux, expressivité, réflexivité, restitution… Au-delà du visuel, les méthodes en action peuvent ouvrir sur des dimensions sonores ou multi sensorielles.

Nous revendiquons la dimension artisanale de la méthode en tant que boîte à outils créative : loin de l’application pure et simple d’une méthode formelle, le bricolage méthodologique est la condition même de la rigueur scientifique. Inventer la méthode en fonction des besoins au contact du terrain et de l’objet d’étude est une nécessité. Le design de recherche désigne cette modélisation et cette opérationnalité.

Les méthodes visuelles engagent une temporalité en rupture avec une société marquée par l’urgence et une culture du flux. Elles participent, au contraire, à la promotion d’une approche collaborative ou participative et donc réflexive. La production du savoir se construit au rythme des acteurs et se fait plus démocratique. Elle exige une relation humaine forte.

Les productions visuelles nous apprennent à regarder et augmentent la réflexivité de l’observation, fondement de toute compréhension objective,  et donc de la recherche.

Le tournant du numérique

Les pratiques classiques des méthodes visuelles sont amenées à évoluer en prenant en compte le numérique et le potentiel des réseaux. Il s’agit notamment de penser autrement la production et l’exploitation d’images réalisées au cours d’enquêtes de terrain.

Le premier enjeu que l’on peut identifier est la collaboration nécessaire de multiples compétences techniques pour la conception et la création d’interfaces dynamiques. Les contraintes techniques imposent de mobiliser diverses compétences et donc de construire un modèle de travail collaboratif inédit. Les pratiques éprouvées trouvent ainsi de nouvelles opportunités de création, de production ou de diffusion qui dynamisent la recherche.

L’échange, la publication et la diffusion en ligne de corpus est un second enjeu extrêmement important. Les réseaux de chercheurs doivent pouvoir partager en toute confidentialité des données souvent très lourdes en terme de mémoire.

Les méthodes visuelles sont ainsi profondément transformées par la banalisation des outils de prise de vue et le foisonnement des pratiques amateurs mais aussi par l’innovation permanente des techniques. Enfin, l’écriture par l’image puis la réécriture individuelle ou collective de ressources visuelles originales réactualise la dimension participative.

Ainsi, la démocratisation des outils et des pratiques d’une part, les moyens de diffusion à distance d’autre part, marquent une révolution numérique qui favorise une meilleure visibilité de la recherche et, en particulier, une médiation des sciences humaines et sociales. En outre, il convient de prendre en considération l’importance de la dimension visuelle dans le monde numérique et le monde de la globalisation. La question de la valorisation de la recherche est donc au cœur de ce nouvel environnement numérique, à la fois en tant qu’instrument d’investigation et de diffusion.

Aspects institutionnels

Nous défendons le renforcement des méthodes visuelles dans chaque discipline et nous souhaitons que les productions visuelles soient mieux prises en compte dans l’évaluation des chercheurs et des laboratoires. Nous affirmons notamment qu’un film vaut un livre et que toute restitution visuelle doit être reconnue au même titre que d’autres formes de restitutions.

Nous appelons au développement de l’enseignement des méthodes visuelles au sein de tous les cursus universitaires au même titre que les techniques d’enquête habituellement intégrées aux formations. Nous souhaitons également le développement de formations continues pour les chercheurs qui voudraient adopter ces méthodes.

Nous nous engageons à faire progresser, sur le plan théorique et pratique, les méthodes visuelles et à faire partager les connaissances au sein de la sphère académique. Nous concevons l’enrichissement d’un point de vue collectif. Chaque production de ce réseau constituera notre patrimoine commun. Chaque avancée aura vocation à alimenter notre réflexion et à devenir une référence commune.

Notre réseau constitue une opportunité scientifique qui doit permettre de favoriser l’émergence de projets communs transdisciplinaires et de collaborations fructueuses.

Nous sommes favorables à la diffusion la plus large possible de nos résultats de recherche dans le respect de la diversité des formes.

Objectifs

Le Réseau Interdisciplinaire des Méthodes Visuelles se donne un ensemble d’objectifs ambitieux pour faire avancer les principes affirmés dans son manifeste.

  1. Construire une histoire des méthodes visuelles : histoire des images dans les sciences, histoire des rapports sciences-arts, histoire des images dans les SHS…
  2. Placer les pratiques au cœur des réflexions qu’elles soient épistémologiques, éthiques ou analytiques.
  3. Privilégier l’expérimentation et promouvoir une écriture par l’image des SHS.
  4. Explorer les nouvelles expériences liées au numérique.
  5. Organiser des sessions de formation à destination des chercheurs.
  6. Penser un modèle économique de production adapté aux exigences des chercheurs.
  7. Mettre en commun les solutions de stockage et d’archivage.
  8. Élaborer, à partir de l’existant, une plateforme de diffusion commune.
  9. Partager les informations liées aux méthodes visuelles.
  10. Faire vivre une dynamique de réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.