Salon des écritures alternatives en sciences sociales (SEAS)

Le 10 janvier prochain au Mucem, pendant le Festival Jean Rouch hors les murs, se tiendra le Salon des écritures alternatives en sciences sociales (SEAS), auquel nous avons le plaisir de vous convier.

Cette première édition est une invitation à fédérer les énergies pour développer des projets, – film documentaire, bande-dessinée, parcours d’exposition, podcasts, etc –, qui font intervenir tant les métiers de la recherche que ceux de la création, la production et la diffusion.

Le programme de cette journée alterne tables rondes, ateliers exploratoires, temps d’écoute et de projections, moments de convivialité, avec notamment la présentation de 50 projets d’écriture créative en préparation, des retours d’expérience sur des projets achevés, et un focus particulier sur les potentialités de l’enquête sonore. Sont invités à intervenir et à dialoguer chercheurs, créateurs, professionnels de l’industrie culturelle et responsables institutionnels.

Le SEAS est organisé par le réseau national « Image, écritures transmedias et sciences sociales » avec le soutien du CNRS, de l’EHESS, d’Aix-Marseille Université, d’Avignon Université, de l’IRD et du MUCEM.

Découvrez le programme complet : https://gdrecritures.hypotheses.org/475

N’oubliez pas de vous inscrire ici !

Mucem, Marseille

10 janvier 2010, 9h30-20h30

Les portraits de réfugiés

Du 10 janvier au 16 février dans le cadre du festival Les Singuliers

Dessiner est pour Guillaume Bruère un engagement physique, qu’il soit à sa table, dans un musée face à un tableau ou debout (parfois à deux mains) lors de performances. Ses oeuvres, au trait coloré et dynamique, gardent la trace de ses gestes vifs. Inspiré aussi bien par les artistes historiques (Van Gogh, Schiele, Bacon…) que par les gestes de danseurs ou par les visages qu’il croise, il s’attache à retranscrire l’humanité de ses modèles. Sa série de portraits de réfugiés rassemble les images d’hommes, femmes et enfants, rencontrés à Berlin, où il réside, et lors d’une résidence à Graz, en Autriche. Dans leurs traits, se lit une même expression de sérieux et de détermination. Le dessin est aussi la trace d’un moment partagé : chacun comporte la date de réalisation, le nom du modèle et son pays d’origine. Une manière pour l’artiste de rendre à nouveau visible leur identité, à l’inverse de l’anonymat qui accompagne souvent le statut de réfugiés.

Centquatre, 5 , rue Curial, Paris 19e. – www.mucem.org

Tél. : 01 53 35 50 00 – www.104.fr

 

la fabrique filmique

La prochaine séance de la fabrique filmique aura lieu vendredi 13/12 à 10h à la Maison des Suds (12 esplanade des Antilles, Pessac).

Nous aurons le plaisir de recevoir André Chappatte, réalisateur et anthropologue, pour échanger autour de son film:

« A day at Night: dialogues between darkness and light in Odienné, a provincial town of northern Ivory Coast »

fabrique filmique_13.12.19