Archives de catégorie : Billets

REVUES EN LUTTE !

Les publications sur ce carnet sont momentanément suspendues.

La Revue Française des Méthodes Visuelles soutient la mobilisation des revues scientifiques en lutte contre la philosophie qui anime les propositions contenues dans les rapports préalables au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Dans ce sens, nous publions la motion adoptée à l’unanimité par l’AG des revues du 17 janvier 2020 en soutien à l’ensemble du personnel de la chaîne éditoriale :

« Nous, membres des comités de rédaction de 57 revues scientifiques réunies en assemblée générale le 17 janvier 2020, constatons la dégradation des conditions de production des revues scientifiques. Les réformes qui se sont succédées, toutes dans la logique néolibérale du projet de loi sur les retraites, ont pour effet une diminution drastique des emplois des personnels invisibles de la chaîne éditoriale (éditeur.rices, secrétaires de rédaction et d’édition, traducteur.rices, graphistes, développeur.ses, traducteur.rices, personnels des imprimeurs et des plateformes de publication numérique, etc.), la surcharge conséquente des charges de travail, une précarisation des conditions de travail et des statuts qui génère une incertitude permanente et un gaspillage des compétences. Nous exigeons :

-l’arrêt des politiques absurdes de mutualisation des postes de soutien à la recherche,

-la création massive d’emplois statutaires à toutes les étapes de la chaîne éditoriale,

-la reconnaissance du travail, y compris en termes de rémunération et de carrière, pour permettre à nos revues de réaliser leur mission de mise en discussion des résultats entre chercheur.ses et de mise à disposition des connaissances auprès du public. »

Liste des revues en lutte, avec leurs motions :
https://universiteouverte.org/2020/01/19/revues-en-lutte/

 

Ce site propose aussi de très bons documents pour s’informer sur la LPPR et mobiliser : https://universiteouverte.org/loi-pluriannuelle-de-programmation-de-la-recherche/

 

Photographie et création: méthodes visuelles et sensorielles en sciences sociales

La deuxième séance du séminaire doctoral Photographie et création: méthodes visuelles et sensorielles en sciences sociales”aura lieu le lundi 19 Novembre 2018 de 19h-20h à l’EHESS (Salle 13).

Cette séance s’intitule : « Déconstruire la prison ». 

À cette occasion interviendra : Christophe Loiseau,

Photographe depuis 18 ans, Christophe Loiseau s’est détourné de la photographie de reportage pour se consacrer principalement au portrait mis en scène. 

Il s’astreint à respecter toujours le même protocole: préparer longuement la réalisation des portraits. Lorsque c’est possible, il rencontre les personnes dont il réalise le portrait selon un même protocole : un premier entretien, dans lequel ils essayent de trouver ensemble une idée, un contexte, un objet pour la réalisation du portrait. 

Le temps de la prise de vue intervient parfois plusieurs semaines après. Il a suivi cette méthode à la Maison Centrale de Arles (établissement sécuritaire). 

Ce travail a été présenté cette année aux Rencontres de la Photographie d’Arles. Il sera présenté en Chine au JIMEI x ARLES INTERNATIONAL PHOTO FESTIVAL à partir du 23 novembre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

 

 

EHESS : Séminaire Filmer le champ social

“Le film comme lieu des possibles?” Cinéma documentaire et pratiques réflexives en sciences sociales

Daniel Friedmann, Monique Peyrière,

3e mercredi du mois de 15 h à 18 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2017 au 20 juin 2018

Le niveau requis est celui du master pour les étudiants qui souhaitent valider  les 6 ECTS. Les auditeurs libres sont acceptés quel que soit le niveau. Le séminaire est ouvert à chacun intéréssé par le cinéma documentaire dans sa relation aux sciences sociales.

« Comment te débrouilles-tu avec la vie » ? Telle était la question autrefois posée par Flaherty à Nanook dans les années 20, reprise en 1960 sur le tournage du film de Jean Rouch et Edgar Morin Chronique d’un été. Bien connus des chercheurs en sciences sociales, ces films pointent ce vers quoi le séminaire  souhaite inscrire ses réflexions sur le contemporain : le film comme une proposition capable d’accueillir, de décrire, de critiquer, de réfléchir l’espace commun de nos manières de vivre.

Le film exhibe ce que le texte sociologique tend à refouler, le visage et le corps du sujet pensant. Pour Gilles Deleuze « Ce qui fait partie du film c’est de s’intéresser aux gens plus qu’au film, aux « problèmes humains » plus qu’aux « problèmes de mise en scène », pour que les gens ne passent pas du côté de la caméra sans que la caméra ne soit passée du côté des gens ». Un nombre croissant de cinéastes, d’artistes procèdent ainsi au sein de collectifs qui décident d’agir en immersion dans des territoires. Est-ce une nécessité de se rapprocher d’un réel démantelé et fracturé, de trouver une manière de s’y inscrire ? Comment se pensent aujourd’hui ces gestes d’engagement ? De quelles critiques du vivre le film peut-il se révéler l’enjeu ? Comment se négocient les temporalités du récit « avec » les filmés ? Que cherche t-on, ensemble ?

Au cours de l’année 2017-2018, le séminaire invitera ces cinéastes et filmés pour lesquels « faire du cinéma » dans des environnements conflictuels c’est parfois faire le choix de ce que Deleuze nomme « la fonction fabulatrice des pauvres » : attention portée au faux, aux doubles et aux métamorphoses pour laisser le récit (ad)venir dans la vie.

Le séminaire est associé à une initiative étudiante : le ciné-club PSL-Filmer le champ social, qui organise des cinés-débats au cinéma Le Champo (75005) le 3e lundi du mois, à 20 h, en présence des cinéastes documentaristes : https://fcs.hypotheses.org/