Séminaire « Filmer le champ Social »

Daniel Friedmann et Monique Peyrière .
Centre Edgar Morin IIAC-CNRS/EHESS
EHESS 105 Bd Raspail- Salle 8  15H-18H

2015-2016 : Peut-on filmer la pensée?

Pratiques filmiques et réflexivité en sciences sociales

Cette question a le privilège de se situer au croisement de la pratique du chercheur avec celle du cinéaste. Elle exprime une sorte d’aporie à la fois épistémologique, philosophique et pratique qui se pose au chercheur-cinéaste. En effet un film révèle avant tout ce que le texte sociologique tend à refouler, c’est-à-dire le visage de l’autre, son corps et au-delà même du visible, des images et de ses paroles, son être intime, tandis que l’écrit formule et développe pleinement ce que le film ne peut exposer directement, l’activité du sujet pensant et tout particulièrement son expression  intellectuelle.

Le séminaire propose de relever le défi que lance la pensée à ces matériaux sensibles que sont les images et les sons. Et si la fabrication d’un film se révélait être un moment privilégié où se pense la pensée, tentative d’en comprendre le processus d’émergence, occasion de la mise en abyme d’un mouvement réflexif méthodique tel que l’explore Edgar Morin dans son œuvre? Dans un retournement fécond la translation de l’abstrait vers le visible renverse la question initiale qui devient, tel le titre donné par Jacques Aumont à l’un de ses ouvrages,  A quoi pensent les films?

En présence des équipes de réalisation, le séminaire portera attention aux écritures filmiques innovantes qui se confrontent à ce désir de filmer la pensée, en acte (mise en œuvre d’une pensée) ou en paroles (filmer l’homme, la femme, le collectif qui pense l’œuvre), dans la fidélité ou l’irrévérence.

———————————————————————————————————–
Mercredi 21 Octobre 2015
Filmer Edgar Morin et le cinéma
en présence de François Bucher, artiste et réalisateur
Avec les extraits des films : 
 
1- Chronique d’un film , 2011, 240′
Réalisateur : François Bucher
A partir des rushes  retrouvés 40 ans après le tournage du film Chronique d’un été , le réalisateur  François Bucher construit un film inédit  avec pour intention de restituer la pensée du montage qu’Edgar Morin souhaitait alors opérer sur le matériau du film, coréalisé avec Jean Rouch. En toute complicité avec l’auteur de Le cinéma et l’homme imaginaire (1956). 
En présence du réalisateur.
 
2 Chronique d’un regard, 2014, 81′

Réalisateurs : Céline Gailleurd et Olivier Bohler
 » Plus qu’un portrait, nous avons rêvé un itinéraire… Nous nous sommes  inspirés des grands concepts développés par Edgar Morin comme la projection, les doubles, les fantômes, les masques, les ombres, qui sont tous très visuels, pour appuyer sa parole et créer un univers autour de lui »…

Le séminaire est ouvert à toute personne portant attention au cinéma en relation aux sciences sociales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *