Archives de catégorie : Annonces d’événements

Colloque International “IN SENSÉ: Subvertir les narrations à travers l’art et l’anthropologie” – 11 Avril 2024 à Marseille

La chaire d’excellence A*Midex ANFAA “Alternative Narrative Forms in Audiovisual Anthropology” organise le Colloque International “IN SENSÉ: Subvertir les narrations à travers l’art et l’anthropologie,  le 11 Avril 2024 à Marseille.

Elle accueille Christopher Wright, Professeur en Anthropologie Visuelle de l’Université de Goldsmiths, et auteur de nombreux ouvrages de références sur l’ethnographie sensorielle et les relations art-anthropologie. 

Ce colloque proposera des présentations de chercheurs-clé dans le monde de l’anthropologie visuelle, d’une table ronde, d’une projection-débat, et aussi d’ateliers créatifs et pratiques ouverts au public.

Voici le programme détaillé:

insense´_prog

Attention, vu le nombre de places très limité, l’inscription à la projection est obligatoire: tatiana.medvedeva@univ-amu.fr

Chaire d’excellence A*Midex ANFAA – AMU – IDEAS 

Chaire d’excellence A*Midex ANFAA – “Alternative Narrative Forms in Audiovisual Anthropology” est un projet de recherche à la fois anthropologique et cinématographique sur les formes non-occidentales de narration et sur les nouvelles écritures ethnographiques.

LE 28 MARS AU CIAM // SORTIE DE RÉSIDENCE // ANTHROPOLOGIE ET JONGLAGE

(Ré)habiliter le trouble:
un cyborg anthropolojonglique
 
                                                                                                                                    © Marie-Claire Abdelkader

Performance 30’

28 mars 2024 au soir (heure à venir dans le rappel)

CIAM – Chapiteau Création

4181 route de Galice

13090 Aix-en-Provence

Sortie de résidence

Performance de 30 minutes présentée à la sortie de résidence de Cédric Parizot (anthropologue) et Sylvain Pascal (jongleur) au Centre international des arts en mouvement, du 25 au 28 mars.

Une pièce entre un jongleur et un anthropologue

Depuis leur errance jonglée dans la ville d’Alès en juin 2021, en partenariat avec le pôle cirque de la Verrerie d’Alès, Sylvain Pascal et Cédric Parizot poursuivent leur exploration des modes de communication entre leurs corps, leurs pratiques et entre art et recherche.
[pour plus d’info]

Save the Date // Focus #5 // 6-9 juin 2024 // Marseille – Mucem

Pour sa 5e édition, Focus. Le salon des écritures alternatives en sciences sociales se tiendra du 6 au 9 juin 2024 au Mucem à Marseille

Focus est une manifestation où chercheur·es et professionnel·les de l’économie créative se rencontrent pour réfléchir, échanger et nouer de nouvelles collaborations pour développer les nouvelles formes de narration en sciences humaines et sociales. Ce salon propose de questionner l’écriture de la recherche pour y intégrer d’autres formes comme l’image, le son, les arts vivants ou toute autre forme d’écriture alternative.
Focus est un moment convivial qui favorise les rencontres inter-professionnelles et encourage les réflexions communes sur les défis de production et de diffusion.

Cette année le salon se déroulera en parallèle du Festival Jean Rouch Hors les Murs.

Il sera très prochainement possible aux doctorant·es et chercheur·es de sciences sociales de répondre à l’appel à participation aux ateliers de formation : POC (Par Où Commencer) et les rencontres professionnelles : Pitch

En savoir plus sur Focus : https://salonfocus.fr/

“La performance comme méthode – Quand les arts vivants rencontrent les sciences sociales” – Cerisy, 21-27 septembre 2024

“La performance comme méthode – Quand les arts vivants rencontrent les sciences sociales”
au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle du 21 au 27 septembre 2024
organisé par Marion Boudier, Yann Calbérac, Chloé Déchery et Michel Lussault
 
Ce colloque vise à transformer les espaces du château de Cerisy en laboratoires d’expérimentation (ateliers de fabrique ; retours d’expériences ; échanges de pratiques), pour non seulement performer de nouvelles formes de collaborations scientifiques, mais surtout interroger la performance comme paradigme méthodologique et comme modalité d’élaboration des savoirs entre arts vivants et sciences sociales.
 
Mots clés : arts vivants ; sciences sociales ; théâtre ; performance ; expérience ; essai ; matériaux ; protocole ; méthode ; terrain ; enquête ; hybridité ; recherche-création.
 
Invité·es (en cours) : Frédérique Aït-Touati, Emma Bigé, Ondine Cloez, Rémy Héritier, Barbara Métais-Chastanier, Guillaume Mazeau, Nicolas Nova, Guillermo Pisani, Camille de Tolédo, Carolina E Santo…
 

Colloque « Expérience sensible & sciences humaines et sociales »

Le programme du colloque IMU, organisé par le studio Expériences sensibles & Recherches urbaines est désormais en ligne.
Ce colloque, intitulé « Expérience sensible & sciences humaines et sociales : comprendre, transmettre, créer », se déroulera les 13 et 14 mars 2024, au Rize (Villeurbanne).
https://imu.universite-lyon.fr/studios/experiences-sensibles/colloque-comprendre-transmettre-creer--312716.kjsp?RH=LABEX_IMU

"Cet événement proposera d’interroger la nature de l’expérience sensible, la manière dont elle peut être mobilisée au sein de la recherche en sciences humaines et sociales, et la façon dont les arts sont à même de la restituer afin de provoquer une réflexion sur le monde. 
« L’expérience sensible » échappe à une définition facile, puisqu’elle ne se résume nullement à l’addition des impressions que procurent la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou encore le toucher : elle s’impose pour ainsi dire au sujet percevant avant toute forme d’analyse de la situation… et résiste ensuite à tout effort de transcription verbale. Récusant une approche dualiste, l’expérience sensible est vécue sur le mode d’un échange entre monde extérieur et monde intérieur ‒ entre lesquels une porosité s’instaure au point qu’une frontière peut malaisément être établie. L’histoire et la culture de chacun viennent également infléchir la nature de son approche sensible des situations. Ce qui relève de l’émotion et des sensations ne saurait par ailleurs être disjoint de ce qui touche à l’intellect : la dimension cognitive de l’expérience sensible a été longtemps sous-estimée, alors que cette dernière travaille en profondeur la compréhension du monde de chacun.
 
Depuis le début des années 2000, les questions relatives à l’expérience sensible occupent une place croissante au sein des recherches en sciences humaines et sociales, notamment dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage. Cette préoccupation se développe parallèlement à la prise de conscience d’une crise tout à la fois sociétale, environnementale et politique qui pousse à un renouvellement des modes antérieurs d’investigation. Si la part de l’expérience sensible a été longtemps sous-évaluée, force est de constater qu’elle n’est nullement l’apanage des humains, mais concerne tous les vivants.
 
Penser en sciences humaines et sociales à partir de l’expérience sensible suppose le développement d’une interdisciplinarité radicale entre sciences de la vie et de la terre, sciences humaines et sociales et pratiques artistiques. Nombreux sont aujourd’hui les chercheurs qui œuvrent en ce sens, qu’ils étudient ces questions de manière théorique, qu’ils travaillent à un renouvellement méthodologique de leur discipline ou qu’ils s’inscrivent dans des démarches de création, en exploitant une diversité de médiums.
 
Ce colloque pluridisciplinaire ambitionne de questionner la place réservée à l’expérience sensible au sein des sciences humaines et sociales, les procédures employées par les chercheurs de ces disciplines pour la restituer ou pour l’analyser, ainsi que l’apport à la recherche qui peut être celui des artistes."