Le tournant du numérique

Les pratiques classiques des méthodes visuelles sont amenées à évoluer en prenant en compte le numérique et le potentiel des réseaux. Il s’agit notamment de penser autrement la production et l’exploitation d’images réalisées au cours d’enquêtes de terrain.

Le premier enjeu que l’on peut identifier est la collaboration nécessaire de multiples compétences techniques pour la conception et la création d’interfaces dynamiques. Les contraintes techniques imposent de mobiliser diverses compétences et donc de construire un modèle de travail collaboratif inédit. Les pratiques éprouvées trouvent ainsi de nouvelles opportunités de création, de production ou de diffusion qui dynamisent la recherche.

L’échange, la publication et la diffusion en ligne de corpus est un second enjeu extrêmement important. Les réseaux de chercheurs doivent pouvoir partager en toute confidentialité des données souvent très lourdes en terme de mémoire.

Les méthodes visuelles sont ainsi profondément transformées par la banalisation des outils de prise de vue et le foisonnement des pratiques amateurs mais aussi par l’innovation permanente des techniques. Enfin, l’écriture par l’image puis la réécriture individuelle ou collective de ressources visuelles originales réactualise la dimension participative.

Ainsi, la démocratisation des outils et des pratiques d’une part, les moyens de diffusion à distance d’autre part, marquent une révolution numérique qui favorise une meilleure visibilité de la recherche et, en particulier, une médiation des sciences humaines et sociales. En outre, il convient de prendre en considération l’importance de la dimension visuelle dans le monde numérique et le monde de la globalisation. La question de la valorisation de la recherche est donc au cœur de ce nouvel environnement numérique, à la fois en tant qu’instrument d’investigation et de diffusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *