La recherche par l’image

La puissance de monstration de l’image s’est imposée comme force de communication majeure dans nos sociétés. Aussi, nous affirmons l’intérêt du savoir visuel en tant que langage au même titre que les textes ou les chiffres. Il ne s’agit pas simplement de traduire l’image mais de l’investir pleinement dans le processus de la recherche.

Aucune forme visuelle ne peut être exclue : tracés, dessins, diagrammes, photographies, journal vidéo, cartes, modelages, collages… De même, les pratiques peuvent être très diverses : élicitation, participation, collaboration, art thérapie, réseaux, expressivité, réflexivité, restitution… Au-delà du visuel, les méthodes en action peuvent ouvrir sur des dimensions sonores ou multi sensorielles.

Nous revendiquons la dimension artisanale de la méthode en tant que boîte à outils créative : loin de l’application pure et simple d’une méthode formelle, le bricolage méthodologique est la condition même de la rigueur scientifique. Inventer la méthode en fonction des besoins au contact du terrain et de l’objet d’étude est une nécessité. Le design de recherche désigne cette modélisation et cette opérationnalité.

Les méthodes visuelles engagent une temporalité en rupture avec une société marquée par l’urgence et une culture du flux. Elles participent, au contraire, à la promotion d’une approche collaborative ou participative et donc réflexive. La production du savoir se construit au rythme des acteurs et se fait plus démocratique. Elle exige une relation humaine forte.

Les productions visuelles nous apprennent à regarder et augmentent la réflexivité de l’observation, fondement de toute compréhension objective,  et donc de la recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *