À propos des méthodes visuelles

Méthodes visuelles : de quoi parle-t-on ?

Les chercheurs en sciences humaines et sociales utilisent depuis déjà longtemps les ressources visuelles dans leurs méthodes d’enquête, en particulier en anthropologie (où cet usage est ancien et reconnu) ou encore en sociologie (où son usage est plus récent) mais aussi dans d’autres disciplines comme l’histoire (où son usage se centre sur le recours aux images d’archive). Comme l’ensemble des méthodes qualitatives (nous verrons cependant que les méthodes visuelles peuvent aussi être quantitatives), l’usage méthodologique des ressources visuelles semble souffrir de critiques liées à son manque présumé d’objectivité. Ce genre de procès en « subjectivité » apparaît d’autant plus prégnant dans une discipline comme la sociologie qui a été marquée, en particulier en France, par la philosophie positiviste de Comte et les règles de la méthode de Durkheim (Becker, 1974). Dès lors, rien d’étonnant à voir les méthodes visuelles se développer au sein de la sociologie américaine plutôt qu’au sein de la sociologie française, et plus généralement en anthropologie plutôt qu’en sociologie.

L’image : outil ou objet ?

Par méthodes visuelles, il faut entendre tous les « outils d’enquête » utilisés par les chercheurs en sciences humaines et sociales dans « les recherches basées sur les images » (Prosser, 1998). En effet, à l’instar de la distinction faite en sociologie visuelle entre sociologie sur les images et sociologie avec les images (Harper, 2002 ; La Rocca, 2007), l’image peut autant être un objet d’étude qu’un outil d’enquête (Terrenoire, 1981). Il faut pourtant bien reconnaître que lorsqu’on parle de « méthodes visuelles », on pense plus volontiers aux recherches utilisant la photographie, la vidéo ou encore le dessin comme « outils » d’enquête (qu’elle soit principale ou complémentaire) et/ou moyen de restitution des résultats (Chauvin et Reix, 2013). Mais, si ce sont bien les usages des ressources visuelles comme « outils » d’enquête qui semblent cristalliser les questions d’ordre méthodologique dans la communauté scientifique, les recherches s’appuyant sur l’image comme « objet » ne doivent pas pour autant être exclues des méthodes visuelles dès lors qu’elles se préoccupent elles aussi de questions de méthode.

Les limites du terme « méthodes visuelles »

Si les anglo-saxons semblent avoir une acception relativement large de ce que recouvre le terme de « méthodes visuelles », on pourrait en France le voir au contraire comme trop restrictif, notamment parce que cela laisserait sous-entendre que ces méthodes ne concernent pas l’audio par exemple. Or, les questions méthodologiques que posent la prise et la restitution de sons dans une recherche sont le plus souvent liées à celle de la prise de vues. Néanmoins, nous n’envisageons pas d’aller jusqu’à englober dans les méthodes visuelles l’ensemble des « méthodes sensorielles », comme le font certains chercheurs anglosaxons (Pink 2009). Là encore, il paraît important de faire preuve d’un certain pragmatisme. Pour parler de méthodes visuelles, il convient d’avoir évidemment recours à l’image – même si cet usage n’apparaît donc pas exclusif – comme outil d’enquête ou comme outil de restitution des résultats d’une recherche scientifique. Bien qu’imparfait (parler de « méthodes audiovisuelles » paraîtrait plus juste), le terme de «méthodes visuelles » semble devoir être conservé au regard de son institutionnalisation dans le monde universitaire anglosaxon . Nous en voulons pour preuve la publication de handbooks se référant au terme de méthodes visuelles (visual methods): Prosser, 1998 ; Stanczak, 2007 ; Knowles & Cole, 2008 ; ou encore la création d’un cycle de conférence international des méthodes visuelles depuis 2006. Là encore, et parce qu’il s’agit bien d’un réseau sur les méthodes visuelles, il ne nous paraît pas opportun d’y intégrer d’office le vaste champ des visual studies, à moins qu’il s’agisse de chercheurs ou de recherches posant des questions proprement méthodologique.

La nécessaire articulation « texte » et « image »

On pourrait définir les méthodes visuelles comme l’ensemble des méthodes de recherche en sciences humaines et sociales qui ne se limitent pas à la production et/ou la restitution d’écrits dans leurs modes d’argumentation scientifique. Il convient néanmoins de préciser que le visuel et l’écrit ne s’opposent pas nécessairement lorsqu’on parle de méthodes visuelles. Bien au contraire, dans bien des cas, l’articulation entre texte et image est nécessaire afin de préciser le sens des images utilisées par le chercheur et de restituer leur contexte de production (Chauvin & Reix, 2013), condition fondamentale d’un usage « scientifique » des images (Becker, 2007 ; Stanczak, 2007). Il convient cependant de préciser que la notion de « texte » doit être prise dans son acceptation la plus large, c’est-à-dire allant de l’écrit à l’oral, en passant par des types d’écritures spécifiques comme «l’écriture filmique » qui prend forme le plus souvent dans le montage.

Dépasser l’opposition qualitatif/quantitatif

Si la collecte des données visuelles relève souvent de techniques d’observation, et donc du champ que l’on nomme « méthodes qualitatives », les données visuelles récoltées se prêtent particulièrement bien aux formes de comptage et d’observation quantitative hors terrain, éventuellement outillées par des logiciels (la question de l’indexation des images semble être un enjeu particulièrement important du domaine des méthodes visuelles), et ouvertes à des traitements statistiques divers et variés. Les donnés visuelles peuvent donc être traitées aussi bien de manière qualitative que quantitative. C’est d’ailleurs l’un des intérêts des méthodes visuelles que de faire éclater des oppositions traditionnelles (image/écrit, qualitatif/quantitatif,…) en partie vides de sens.

Une multiplicité de méthodes qui invite à la réflexivité

Il semble par ailleurs que ces méthodes « visuelles » ont en commun de revendiquer une approche méthodologique non dogmatique basée en grande partie sur la réflexivité et le «bricolage » méthodologique qu’impose l’adaptation aux contraintes du terrain. Enfin, il convient de terminer en précisant que les images en tant qu’outils d’enquête peuvent prendre différentes formes et être produites par l’enquêteur comme par l’enquêté selon le principe de photo-elicitation (Harper, 2002). De la même manière, des images pré-existantes à l’enquête peuvent être utilisées pour produire de nouvelles données comme dans la photo interview par exemple (Collier & Collier, 1986), servir de feedback au cours du processus de recherche (Rouch & Morin, 1960) ou encore être utilisées comme un mode de représentation des résultats de l’enquête in fine (Weber, 2008).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *